L’ELEVE ET LE MAITRE

 

L’ELEVE  ET  LE  MAITRE 

 

Fabiénne Verdier, un artiste-peintre, a passé plusieurs années en Chine pour apprendre l’art de la peinture chinoise et la calligaphie. Son maître était si exigeant qu’elle est passé par une profonde crise de découragement. Un jour, elle a dit à son Maître : «  Ça ne va plus, je ne sais pas où j’en suis,  je ne comprends plus rien du tout. «  Son Maître  lui a répondu : «  bien, bien. » Elle a ajouté : «  Je ne sais même plus qui je suis. » Le Maître répondit.  «  encore mieux «  Elle a insisté en disant : «  Après toutes ces années de pratique, je me rends compte que je suis toujours aussi ignorante devant l’Univers. » Son Maître s’est rejoui de ce constat e a dit : «  Il y a des gens à qui une vie ne 

suffit pas pour comprendre leur ignorance. » – Suis-je assez humble pour reconnaître mes faiblesses, mes lacunes, mes limites ?  Est-ce que j’admets que je connais peu de  choses sur Dieu et que j’ai besoin qu’il m‘enseigne ? La Bible affirme : «  Oui, l’Eternel est bon, et il est juste : Il indique aux pécheurs le chemin qu’il faut suivre. Les humbles, il les guide sur la voie droite ; il leur enseigne le chemin qu’il prescrit. » ( Psaume 25 : 8 et 9 ). Lorsque Fabiènnne Verdier est arrivée en Chine, elle était déjà diplômée d’une école des beaux-arts. Pourtant, par rapport à ce monde nouveau de l’art chinois, elle  a dû faire preuve d’une grande humilité et se laisser enseigner comme une simple débuante Pour que Dieu agisse dans ma vie, je dois admettre que je suis une créature totalemnt dépendante de lui, que je suis l’élève et qu’il est le Maître. A. P. 

 

 

 

 

Laisser un commentaire