TELESCOPE EN ORBITE.

 

( Ce texte se trouve  aussi  en Esperanto et en portugais )

 

Comme il est réellement de notre connaissance, pour l’exploration de l’Univers, les astronomes possedent actuellement des Téléscopes placés en orbite.

Oui, avec de telles merveilles téchnologiques, les astronomes arrivent à dépasser la légère opacité de l’atmosphère, et reculer encore plus la frontière visible de l’Univers.

Oui, à mesure que l’homme observe le Cosmo à travers des instruments chaque fois plus perfectionnés, il sent le vertige devant ses fabuleuses dimensions. Oui, r’eellement lorsqu’il sait que, tout compte fait, seulememnt notre Galaxie, la Voie Lactée, contient plus de 200 millions des étoiles, comment se fait-il que l’homme ne reste-t-il pas confus devant la grandeur et la puissance du Grand Architecte.

De telles constatations nous obligent à demander : qu’est-ce que l’homme, une créature insignifiante, en relation à ses dimensions physiques? En contrepartie, l’Univers constitue le système le plus complexe de la Création, et aussi telle que sa complète prefection.

 

Dans un certain moment un scientiste disait:  » L’Univers, dans une partie, savait déjà que l’homme devrait surgir . Dès son origine, il a été programé pour acuillir et héberger un être intelligent.

 

Maintenant, devant la constatation de l’homme, en relation à sa petitesse, il humblement pourrait dire, ainsi comme l’avait dit l’auteur des Hebreux dans le chapitre 11:3 :  » C’est par la foi que nous comprenons que le monde a été formé par la parole de Dieu, de sorte que ce qu’on voit ne provient pas de ce qui est visible. » Et le prophète Esaie, admirant la beauté et la grandeur de l’Univers a écrit:  » Levez les yeux en haut et regardez! Qui a créé ces choses? C’est Celui qui fait sortir leur armée au complet. Il les appele toutes par leur nom. Par son grand pouvoir et par sa force puissante: Pas une qui fasse défaut. ( Esaie 40:26 ).

 

 

                                                                                                                *            *           *           *           *

 

Sincerement je suis,    LE   PUPILLE   DES   MUSES

Laisser un commentaire