LA   DECOUVERTE   DE    L’ATLANTIDE

 (  Cher lecteus, cet article se trouve aussi ecrit  en ESPERANTO  et  en PORTUGAIS )

 Oui, dans ses deux dialogues, Platon nous raconte que Solon, lors de son voyage à l’Egypte, a interrogé les Sacerdotes, et il arrive qu’un d’eux, qui vivait à Sais, à la marge du delta du Nil, lui a laissé savoir sur des anciennes traditions concernates à une guerre menée par Athena contre le peuple des Atlantes.

Selon les sacerdotes egyptiens, ce peuple vivait dans une île qui se trouvait devant les Colonnes d’Hercule, à la sortie de la Méditerranée, qui se entre dans l’Ocean. Dans le moment que les dieux partageaint entre eux la Terre, Athénas fut attribué à Athena et à l’Hefesto, tandis que l’Atlantide resta sous la domination de Poseidon.

L’île de l’Atlantide était très riche, soit par la ses flores comme aussi par ses trésors mineraux. Il y avait en abondance non seulement de l’or, du cuivre, du fer etc mais aussi de oricalque, un metal misterieux qui brillait tel que l’or. Les rois de l’Atlantide ont construit des villes très luxieuses, avec des ponts, des canaux et des passages très compliqués, qui facilitaient les commerces.

En chacune des dix circonscriptions, regnait des descendants des dix rois primitifs, fils de Posidon et de Clito. Clito était la fille de Evenor et de Leucipe. Elle a eu cinq gémeaux , et le plus agé s’appellait Atlas, qui a exercé son pouvoir sur Atlantide. Il a partagé l’île en dix territoires, et il exercait son pouvoir sur la montagne centrale. Et c’était à partir de cet endroit qu’il exerçait son pouvoir.

Les descendants d’Atlas étaient des Suzerains. Tous les ans ils se reunaient dans la capitale, où ils pratiquaient un rituel. Dans ce rituel abondait les viandes de taureaux, et ils mangeaint et buvaient les sangs des animaux immolés.

Les Atlantides ont tentaient dominer le monde , mais ils furent vaincus par les atheniens, environs neuf mil ans avant Platon. Selon Platon, les Atlantes et leur île ont disparu à jamais, submergée par un grand cataclisme.

 

Sincerement à vous,   PUPILLE   DES   MUSES

Laisser un commentaire