UN ETRANGE INSECTE AQUATIQUE

UN ÉTRANGE INSECTE AQUATIQUE

( Chers lecteurs, vous pouvez aussi lire cet article en ESPERANTO et en PORTUGAIS. )

C’est étonnant, mais pourtant c’est vrai. Oui, l’animal plus tapageur de notre Planête, c’est un insecte qui ne mesure que 2mm. Pour attirer la femelle, il emploi son pénis comme instrument musical. La capacité de son chant atteint presque 100 décibels, équivalent le son d’une orchestyre placée dans la première file.

Le dit insecte est une punaise aquatique, que selon les scientistes du Musée National d’Histoire Naturelle de Paris et de l’Université d’Ecosse en Stratchclyde, ont pu enregistrer et mésurer, pour la premieère fois, avec des microphones sous l’eau, et le son produit par Micronecta Scholtzi, lorsqu’il frotte le pénis contre l’abdomen, connu comme procès de stridence. Les Scientistes ont constaté que malgré que 90% du son se perd, quand il passe de l’eau pour l’atmosphère, le chant est si intense que si une personne promenant à coté, pourra entendre les chants de ces animaux chantant au fond du fleuve.

Comme nous savons , les animaux les plus bruillants de la Terre, sont les balaines bleus et les elephants. Mais, selon les études, en comparant l’intensité du son en relation au grandeur du corps, les Micronecta Scholtzi réellement sont des chanpions.

À la conférence réalisèe le 1 et 4 juillet dernier à Glasgow ( Ecosse ), par la Société pour la Biologie Expérimentale, le Windmill a declaré que c’est un grand mystère. En faisant la comparaison avec de tels insectes, ils on constaté qu’ils arrivent à faire beaucoup du bruit, surtout qu’ils n’utilisent que 50 micromètres, l’ équivalent à la largeur d’un cheveu humain, pour la stridulation.

Selon les biologistes, les études pourraient contribuer pour la conservation des espèces, déjà que les sons de ces insectes pourraient aussi servir pour réaliser un accompagnememt de la biodiversité, tandis que du point de vue de l’ingénierie, il pourrait être profité par l’acustique, selon Windmill.

*     *     *     *     *     *     *     *     *     *

Avec mes sinceres salutations,   LE   PUPILLE   DES   MUSES.

Laisser un commentaire